20 Mai

A la une

Vacances familiales / vacaf (collectives ou individuelles) ou enfants (colonies ou camps) d’été : ce que l’on sait ou ne sait pas …… –

Le contexte général

Ce que l’on sait :

  • Sous réserve de l’évolution de l’épidémie et de possibles restrictions localisées, les Français pourront partir en vacances en France en juillet-août.
  • Les déplacements en train et voiture devront être privilégiés.
  • Pour éviter l’engorgement des plages et des zones touristiques du littoral, les départs dans les grands espaces, en pleine nature, devraient être privilégiés.  

Ce que l’on ne sait pas encore et qui doit être décidé la dernière semaine de mai :

  • S’il sera possible d’aller dans les campings ou les centres de vacances. Les opérateurs ont élaboré un protocole sanitaire strict afin de protéger les vacanciers. 
  • S’il sera possible de faire partir les enfants en colonie de vacances. Il  devrait y avoir des « colos », leur promotion ayant été faite la semaine dernière par Gabriel Attal, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, au travers du programme de renforcement éducatif annoncé par Jean-Michel Blanquer.

En Indre et Loire, le dispositif de soutien aux vacances enfants est géré par le BIJ depuis cette année : https://www.caf37-partenaires.fr/actualite/vacances-pour-les-ados-et-les-jeunes-cest-parti/

Les vacances familiales individuelles ou collectives – gérées par VACAF : www.vacaf.org

  • Tous les séjours avec hébergement réservés jusqu’à la fin du mois de mai ne peuvent être organisés et l’application de l’ordonnance du 25 mars demeure (avoirs puis remboursement au delà de 18 mois).
  • Le devenir des séjours réservés au mois de juin dépendra des décisions du gouvernement prises fin mai sur les dates et les conditions d’ouverture ainsi que la capacité des campings et des centres de vacances à offrir un service adapté.
  • Pour les réservations déjà prises cet été par les familles :  les familles qui souhaiteraient dès à présent annuler leur séjour réservé cet été prennent le risque de voir s’appliquer les Conditions Générales de Vente (CGV) par les structures de vacances avec le risque cumulatif :
    – des pénalités financières ou la perte de la totalité des sommes versées (arrhes ou acomptes),
    – de ne plus retrouver de place pour
     un séjour si la possibilité d’un départ estival est par la suite confirmée,
    – d’une consommation de l’enveloppe de la Caf au moment où elles
     décident de se réinscrire pour un séjour

En effet, l’ordonnance du 25 mars couvre uniquement les cas de circonstances exceptionnelles et inévitables ou de force majeure. Tant que le gouvernement ne décrète pas que des séjours de vacances relèvent de ces circonstances, les familles ne peuvent pas prétendre à un avoir ou un remboursement.

  • Pour les nouvelles réservations prises à compter du CIT du 14 mai : le Gouvernement s’est félicité des engagements pris par les professionnels de l’hôtellerie et du tourisme de garantir un remboursement intégral en cas d’annulation des nouvelles réservations effectuées, dans le contexte sanitaire de l’été 2020. Attention : à ce jour, cet engagement ne concerne pas les opérateurs du tourisme social et des vacances collectives qui n’ont pas encore été concertés et ne le seront que fin mai. Certaines structures ont déjà indiqué qu’elles continueraient à appliquer l’ordonnance du 25 mars et le principe de l’avoir valable 18 mois. D’autres qu’elles pourraient rembourser les séjours achetés à partir de la date du CIT qui seraient annulés par les familles.